PROJET DE DÉSORBITATION DE DÉCHETS SPATIAUX

L’équipe Spacefox a étudié différents projets scientifiques au cours des derniers mois. L’objectif était d’en sélectionner un et de lui apporter soutien financier et visibilité pour aider les détenteurs du projet à le mener à bien. 

Cette proposition de plan a été faite par 3 étudiants de l’ENSMA, futurs ingénieurs et très soucieux de l’avenir du paysage spatial. Leur objectif est donc avant tout la mise en place d’innovations pour mener à bien le nettoyage de l’Espace.

Qu’est-ce qu’un déchet spatial ?

Un débris spatial est un objet d’origine artificielle circulant en orbite terrestre. Ce sont très souvent des objets abandonnés lors de missions spatiales ou le résultat d’explosions accidentelles d’engins spatiaux. Et parfois il peut même s’agir d’une collision entre eux au cours du temps. Il existe environ 750 000 objets de plus d’1 cm et les chiffres s’élèvent rapidement jusqu’à 150 millions pour les objets de plus d’1 mm. Les plus gros déchets spatiaux comprennent les étages supérieurs des lanceurs spatiaux et les satellites artificiels laissés à l’abandon une fois leur mission terminée. Mais les débris spatiaux même les plus petits peuvent s’avérer dangereux pour les expéditions spatiales à venir. En effet, ils peuvent circuler jusqu’à 8 km/s en orbite basse et sont en mesure d’endommager n’importe quel engin spatial qu’ils rencontrent. Seul un débris de plus de 10 cm circulant en orbite basse peut être suivi par un radar de surveillance et potentiellement détourné de sa trajectoire, cela laisse donc un nombre de déchets spatiaux non révélés assez important. 

Illustration de débris spatiaux autour de la Terre

Leur nombre est donc en augmentation constante, en particulier à cause de l’activité spatiale exponentielle depuis plusieurs années face à leur élimination naturelle très lente.

Les constructeurs d’engins spatiaux s’efforcent d’ajouter des blindages supplémentaires pour réduire les risques d’endommagement en cas de collision avec des débris de petite taille (pas plus d’un millimètre).

Malgré beaucoup de mesures de détournement ou de renforcement mises en place, la meilleure manière de sécuriser le paysage spatial à moyen terme reste de limiter le nombre de débris spatiaux produits.

C’est pourquoi de nombreux projets de désorbitation des déchets voient le jour, pour assurer un environnement spatial moins menaçant à l’avenir et optimiser la découverte de l’Espace.

Le projet

L’idée de ce projet provient donc de l’ambition qu’ont trois étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure Mécanique et Aérotechnique d’apporter leur contribution au nettoyage de l’Espace, par le biais de la désorbitation de déchets spatiaux autour de la planète.

Le projet réside dans la création d’une entreprise qui serait en charge de la mise en oeuvre, et de la commercialisation de petits satellites capables de désorbiter des débris spatiaux de 1 à 50 mm sur une orbite circulaire de 2000 km d’altitude : en orbite basse.

Il existe différentes solutions pour “capturer” les déchets orbitaux, l’entreprise souhaite se spécialiser dans la création d’un système de module propulsé et dans un système de capture au filet.

Représentation de capture de débris au filet

Pour le moment les détenteurs du projet sont en phase de documentation, et comptent lancer leurs premières démarches en Septembre 2019.

Fermer le menu
×

Panier